CÉCILE FRICKER LEHANNEUR

BAND OF SISTERS

Du 11 au 17 novembre Cécile Fricker Lehanneur réunit sa Band of Sisters au sein d’un pop-up store réjouissant, 54 rue Bonaparte à Paris. L’occasion de découvrir ce collectif de femmes, entrepreneures, créatives et engagées. L’occasion de découvrir de nouvelles marques, de se rencontrer, d’échanger. Et de mettre en lumière sa fondatrice, créative, sensible et activiste comme elle aime à se définir. Trois petits mots qui en disent long et donnent envie d’en savoir plus. Rencontre avec une femme étincelante !


Voyage en solitude
Les fées qui se sont penchées sur le berceau de Cécile Fricker Lehanneur lui ont légué en héritage une hypersensibilité, qui, elle le saura plus tard, se révélera un cadeau de la vie, son moteur de création. De son enfance, Cécile garde ce sentiment d’avoir été toujours à côté, la solitude de celle dont la lecture du monde était trop amplifiée. Touchée par le beau, elle développe dès son plus jeune âge une passion absolue pour la mode et les bijoux. Sa vie, elle sera là. Autour d’elle personne ne l’envisage ainsi, c’est sans compter sur sa détermination et son instinct. À 21 ans elle commence sa carrière de styliste.

Un monde de mode
Très vite elle évolue, elle a du talent. Dans les bureaux de style, dirigés par des femmes qui l’embauchent, les femmes ne se font pas de cadeaux. Ce manque d’entraide au féminin est un vrai questionnement et déterminera ses engagements futurs. Paradoxalement, Cécile a toujours croisé sur sa route des femmes déterminantes. L’institutrice qui lui fait entendre qu’elle l’a reconnue et dont elle gardera le souvenir tout au long de sa vie, cette autre qui la prend sous son aile et la regarde avec bienveillance, l’amie fidèle qu’elle considère comme la sœur qu’elle s’est choisi. Un jour son chemin croise une thérapeute d’exception qui la met face à ses responsabilités. Chacun est responsable de sa vie. Ce sera à titre individuel d’abord et collectif plus tard, mais elle ne le sait pas encore.


Un chemin de création
Il est temps d’entreprendre. De son enfance Cécile garde la fascination des bijoux. Je voyais des trésors qui se baladaient sur la peau des femmes c’était mon rêve, j’ai demandé des bijoux à tous mes anniversaires, des bijoux vintage, des bijoux neufs, j’ai collectionné. Et puis un jour, un cambriolage, les bijoux en-volés… Cécile crée Cécil une marque de bijoux précieux. L’entendre parler de l’or, un trésor, décrire la magie de la chimie, de la transformation des pierres, nous entraîne dans un domaine du sacré qui mériterait à lui seul un tout autre papier. Car pour l’heure, elle se trouve confrontée à la difficulté d’entreprendre et décide de réunir ses amies et amies d’amies, lors de dîners improvisés dont la raison ultime est de se connecter. C’est le début d’une nouvelle aventure.

Band of Sisters / Boss

Les dîners c’est bien, le risque c’est de transformer ces rencontres en mondanités. Pour éviter de tomber dans ce travers réducteur qui ne lui correspond en rien, Cécile a la conviction qu’il faut rêver plus grand, structurer, encadrer. J’avais très envie de créer une marque, de créer des produits, des collaborations, j’étais dans ce truc de sisterhood, soeur, sororité… À la faveur d’une photo postée sur les réseaux, de bonnes-soeurs, réunies, complices autour de cigarettes, elle trouve exactement l’essence de ce qu’elle veut exprimer, une complicité bienveillante et joyeuse. Le nom arrive alors comme une évidence, ce sera Band of SisterS, dont l’acronyme (relevé immédiatement par son mari) est Boss, cela ne s’invente pas !

Stronger together

Stronger together est le mantra de Band of Sisters. Bienveillance, sororité, women empowerment… ne vous-y-trompez pas, ces mots ne sont pas là pour faire beau. Des mots, des actes. Chaque femme entrepreneure qui rejoint Band of Sisters signe une charte d’engagement. On demande de faire corps, de venir aux événements, de faire rayonner le réseau, ce n’est pas du bla-bla. Apprendre à demander de l’aide, c’est la force du réseau, je passe beaucoup de temps à mettre en contact telle ou telle et ça fonctionne !
Parce que, pour Cécile, engagement et responsabilité sont indissociables Band of Sisters va plus loin. Boss s’engage contre les inégalités et les violences faites aux femmes. D’abord aux côtés de Ghada Hatem, gynécologue, obstétricienne, fondatrice de la Maison des femmes de Saint-Denis, lieu d’accueil et de prise en charge des femmes victimes de violences. Puis avec l’association Abri de femmes pour qui sortir les femmes de la rue est une urgence absolue.
Dernièrement Cécile, Frédérique, Florence, toutes membres du réseau se mettent à nu pour soutenir la campagne #notpink pour la prévention du cancer du sein à l’occasion d’octobre rose, réalisée par Élise Khettat, fondatrice de la marque engagée Le rouge à ongles.

Une marque collaborative Band of Sisters®

Cécile en a la conviction, la force du collectif et sa mise en lumière, passe aussi par la création d’une marque dédiée, un label fort et visible qui permettra ensuite à chacune de rayonner. Boss a initié de belles collaborations avec quelques artistes et marques reconnues. Natacha Paschal, peintre et illustratrice imagine le visuel de Boss qui sera décliné en affiche, tee-shirts signés Patine, pochettes Rive Droite Paris. Françoize Boucher illustre une série de tee-shirts pour enfants avec Pourquoi princesse. Jean-Charles de Castelbajac crée une série de tee-shirt et hoodies Band of Sisters & Brothers. Boss crée son carré de soie. Dernièrement Le rouge à ongles et Boss proposent un vernis d’une couleur unique. Début 2022 sortira la deuxième collection capsule avec Zadig & Voltaire qui devient mécène de l’association. Dans la continuité des valeurs et vestiaires partagés par Cécilia Bönström directrice artistique de la marque et Cécile Fricker Lehanneur. Les cabas Maud Fourier seront présentés au pop-up à venir. Toutes ces collabs sont en vente sur la boutique en ligne de Band of Sisters. Une partie des ventes de la marque Band of Sisters® est consacrée à aider des associations.

Alchimie

À la question posée du pourquoi ça fonctionne, Cécile met en avant que Boss ne recrute pas, on laisse venir à nous, on a les bonnes personnes. On ne vend pas de paillettes, on ne vend pas d’image. La sororité n’a pas de frontières. Chez Boss il y a des femmes de toute la France et de partout dans le monde. Parmi les indispensables il y a les amies de départ, Frédérique Jules, fondatrice de Noglu dont la restauration savoureuse régale les sisters lors de chaque événement, Lucille Léorat fondatrice de L/overs. Sans compter sur Véronique Royné, consultante éditoriale, qui, depuis qu’elle a rejoint le réseau, épaule sans relâche Cécile au quotidien, et est en charge de la newsletter qui crée le lien entre toutes.

Le pop-up – le Boss shop

Ce n’est pas la première fois que Boss réunit ses créatrices lors d’un pop-up multimarques. Encore une histoire de rencontres, cette fois avec Noémie Pauquet, fondatrice de Point Physique, créatrice d’un nouveau concept de pop-up stores. En plus des produits issus des collaborations avec Boss, une trentaine de créatrices présenteront leurs marques à travers une sélection de prêt-à-porter, sacs, bijoux, beauté, artwork, food…

Une constellation

Aujourd’hui Band of Sisters commence à se distinguer, intrigue, attire. Cécile se prend à rêver d’un lieu ouvert toute l’année, porteur de projets nouveaux, showroom accessible à tous, espace de co-création et pourquoi pas mini banque d’investissement. Nul doute que son énergie communicative lui permettra de soulever de nouvelles montagnes. Elle qui n’a jamais imaginé devenir une femme de pouvoir se retrouve propulsée femme d’influence. Il faut bien l’accepter pour faire bouger les lignes. Alors parfois elle disparaît, part mettre les mains dans la terre à la campagne, profite de sa famille. C’est sa manière à elle de se ressourcer. Cécile, dont le bijou signature est une comète, nous entraîne avec elle dans son halo de lumière. Et nous invite toutes et tous à faire rayonner cette nouvelle constellation.

A-C.G.